Market News


Thursday, 27 September 2018
Un mot du directeur FSC Afrique sur le potentiel de la Restauration des Paysages Forestiers

Steve Ball

Lors de la dernière semaine d'août, j'ai assisté à Nairobi à une série de conférences portant sur la restauration des paysages forestiers (RPF), terme employé, dans le jargon moderne, pour désigner le fait de planter des arbres (et bien plus encore).


Je pense que la RPF peut être un sujet important pour les gestionnaires forestiers africains et FSC, car les analyses menées à l'échelle mondiale montrent le potentiel élevé de la RPF en Afrique*, et parce que le changement climatique incite les décideurs politiques de l'ensemble de la planète à se tourner vers la meilleure technique de séquestration du carbone connue à ce jour : les arbres. Les donateurs occidentaux sont prêts à investir des sommes substantielles pour soutenir cette cause, mais des études montrent que ces dons ne couvriront que 5 à 10 % des besoins. Tout le monde reconnaît donc que le secteur privé doit jouer un rôle important.

Malheureusement, comme nous le savons, rares sont les investisseurs suffisamment audacieux pour injecter des ressources importantes dans les plantations en Afrique ; la nécessité de s'engager sur le long terme et le contexte commercial incertain dissuadent de nombreux investisseurs. C'est pourquoi les présentations les plus intéressantes auxquelles j'ai assisté portaient sur la difficulté de réunir des outils de financement mixte pour minimiser les risques associés à ces investissements. Mais les investisseurs déplorent également le manque de projets rémunérateurs, et j'ai été déçu du peu de modèles d'entreprise présentés pour le secteur forestier.

Je pense que c'est dans ce domaine que FSC Afrique peut être utile. Nous savons que certains bailleurs de fonds s'inquiètent du flou qui entoure le concept de RPF - que payent-ils exactement lorsqu'ils financent un projet de RPF ? FSC peut apporter une réponse, grâce à son standard particulièrement abouti qui explique ce que doivent être des forêts gérées de façon responsable. Et les quelques investisseurs qui financent les plantations en Afrique exigent souvent la certification FSC, qu'ils voient comme un outil essentiel d'atténuation des risques et le marqueur d'une gestion efficace. Nous pouvons également aider à mettre en contact les bailleurs de fonds et les investisseurs avec ceux qui connaissent le mieux les défis que pose le modèle d'entreprise dans le secteur : les détenteurs de certificats FSC.

Il est évident que les projets RPF n'ont pas tous un lien avec la certification FSC, et les standards FSC peuvent ne concerner qu'une minorité de projets RPF, mais le potentiel reste considérable. Si vous souhaitez travailler avec nous pour approfondir cet axe de réflexion, merci de m'écrire à cette adresse : s.ball at fsc point org.

* même s'il faut reconnaître que souvent, ces analyses ne s'avèrent pas aussi pertinentes lorsque l'on passe de l'échelle mondiale à l'échelle locale.


© Forest Stewardship Council® · FSC® F000100